Les artistes antillais : de l’underground à la scène nationale.

Zouk la sé sèl médikamen nou ni ! Tout le monde s’en rappelle. Antillais ou pas tu connais certainement le groupe Kassav qui a envahi le monde avec sa musique à la fois consciente et amusante, et marqué définitivement la musique antillaise.

Souvent quand on parle de musique antillaise aux « non-antillais » ils voient tout de suite le zouk. C’est effectivement le premier style musical antillais qui a voyagé au delà des frontières de nos îles. Mais les Antilles sont justement connues pour leur diversité et leur métissage.

Pour comprendre ce métissage, il faut remonter aux temps de l’esclavage. Rappelons nous que les antillais sont issus de l’esclavage. Nous sommes des descendants d’esclaves qui ont été déportés depuis l’Afrique, afin de favoriser le commerce triangulaire. Se sont alors côtoyés deux cultures musicales. Celle venant d’Afrique, notamment avec le tambour, et la culture occidentale avec des instruments plus mélodiques comme le violon ou les cuivres.

C’était la petite parenthèse historique. Maintenant passons au développement.

Kassav a clairement inspiré les chanteurs contemporains pour leur musique, leur engagement, mais aussi c’était l’une des premières fois que des artistes antillais étaient aussi connus.

Dans les années 90, arrive un genre musical largement inspiré du Reggae Jamaïcain. Bob Marley, malgré sa mort en 1981 est encore très écouté dans les Antilles, mais surtout on commence à voir les Antilles autrement qu’un ensemble de départements français. Le côté caribéen s’impose alors dans le monde musical. Le Raga se popularise. Notamment avec des artistes comme Daddy Pleen ou le groupe Métal Sound.

Mais le Raga laisse peu de temps après sa place à la Dancehall. Vague sur laquelle tout va se jouer car la plupart des artistes antillais sont connus pour ce style musical. Et là encore le métissage antillais se fait clairement ressentir. Car la dancehall est un mélange de plusieurs styles musicaux comme le rap, le reggae, la salsa, la soca …

Clairement, Genesiz a marqué la musique antillaise. Groupe de plusieurs artistes, on les connaît surtout pour LA mixtape qui a permis à différents artistes comme Saïk, Sam X, Methi’S ou encore Young Chang Mc de se faire connaître du grand public : Téworist Mixtape. Désormais on s’intéresse à ces jeunes artistes qui proposent des sons certes engagés mais sur lesquels on peut se défouler. D’autres artistes tels que Keros-N voient aussi le jour et gagnent en popularité.

Admiral T : la dancehall au delà de nos îles.

Admiral T, de son vrai nom Christy Campbell est un guadeloupéen né d’une mère marie-galantaise et d’un père dominiquais. Issu du quartier de Boissard aux abymes Admiral T a connu le ghetto jeune. Une ambiance de vie qui l’a largement inspiré pour la plupart de ses chansons. Il se fait connaître dans les sound systems jusqu’au début des années 2000 où il sort son premier album Mozaïk Kréyol, duquel est extrait le titre phare Gwadada.

Tu t’en rappelles forcément, on a tous l’air en tête. C’est gravé à jamais lol.

Avec cet album Admiral T fait très fort car il s’impose clairement dans le milieu et se fait connaître auprès d’artistes caribéens comme Alison Hinds.

Mais Toucher l’Horizon (2006) et Instinct Admiral (2010) lui ouvrent les portes de la scène nationale, notamment pour ses collaborations avec la rappeuse Diams et La Fouine. « Tu viens du ghetto mais reste fier, laissez moi voir les mains en l’air! » 🎶 (c’était plus fort que moi).

Krys s’impose aussi comme pointure et gagne en popularité, certes aux Antilles, mais aussi au delà. D’ailleurs il montera plus tard son label Step Out Production, qui lancera plusieurs artistes comme Missié Sadik, Saaturn, Datcha Dollar’z, et Colonel Reyel. Ce dernier enchaînera les tubes au début de sa carrière. « Laisse moi être celui … » bon j’arrête !

<<

La musique antillaise connaît alors un nouvel aspect. De nombreux artistes voient le jour, et peuvent désormais atteindre de nouveaux horizons. X-man, Kalash, Pompis, … la dancehall se répand et s’écoute désormais de tous. Les labels se développent ainsi que les métiers de la communication. Les managers, les attachés de presse, les producteurs. L’époque des sounds systems est loin mais non oubliée de ces chanteurs qui rappellent sans cesse leurs débuts.

Parlons un peu de Kalash…

Le jeune martiniquais porte la musique antillaise à un autre niveau. Disque d’or avec Kaos, single de diamant avec Mwaka Moon, collaborations avec Booba et Damso, Kalash fait de la scène nationale son terrain de jeu. Il est d’ailleurs en tête du top 50 France depuis 7 semaines maintenant.

Kalash<<
Les réseaux sociaux : une mine d’or pour les artistes antillais.

Les RS se sont développés ces dernières années et il est désormais difficile de gérer une carrière sans cela. On juge d’ailleurs la crédibilité d’un artiste par rapport à son nombre de vues sur YouTube, ou nombre d’abonnés sur Instagram. Ce qui donne encore une nouvelle dimension à la musique antillaise. Désormais, c’est la course aux vues YouTube. Les artistes n’hésitent pas à publier leurs exploits dès qu’ils dépassent le million de vues.

Les radios et DJs: les DJs connaissent eux aussi différentes phases aux Antilles. Des sound systems aux albums, en passant par les soirées dancehall. Ils aident clairement à rendre populaires les chansons antillaises. De même que les radios, Trace Urban, Génération, OKLM, … Passer sur une de ces radios est gage de popularité.

<<
La trap s’incruste !

Ce style musical va lancer une nouvelle vague d’artistes.

Si certains comme Lutin, retrouvent leurs amours premières, d’autres y voient l’opportunité de lancer leurs carrières. C’est notamment le cas de Pon2Mik et Lyrrix, qui sont de plus en plus populaires, avec des millions de vues YouTube à leur actif !

Pon2Mik <<
Les artistes antillais font désormais partie intégrante de la scène musicale nationale. Nous sommes fiers d’eux et de leur travail. Et ils n’ont pas fini de nous surprendre…

Certains ont même déjà tenté des collaborations avec des artistes US, comme Saïk avec Lil Durk sur Warning.

Alors dis moi quel est ton artiste antillais préféré ? J’attends ta réponse en commentaires.

En attendant, bisous et adan on dòt soley !

[Cet article t’a plu ? N’hésite pas à le liker, le commenter, le partager.]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s